ODD 12 : Consommation et production responsables

Ouvrir menu de navigation

Notre action en deux mots :

Réalisation d’infrastructures de collecte et traitement des déchets, ainsi que leur exploitation, de même que les actions de sensibilisation visant la prévention des déchets et la propreté publique.

Les 258 collaborateurs de l’AIVE en charge des déchets sont conscients de traiter essentiellement de la matière première (97,6 % des déchets collectés sont valorisés).

Ils desservent 44 communes luxembourgeoises et 11 communes liégeoises, accueillent la population sur 53 recyparcs, gèrent 1 556 bulles à verre réparties sur 716 sites, 2 stations de transfert de déchets, 2 halls de tri des déchets, 3 centres de traitement, 33 filières de recyclage ou de valorisation. Ils assurent aussi de nombreuses animations scolaires et grand public (78 en 2018) ainsi que des visites d’usines et de recyparcs (153 en 2018). On peut y ajouter de nombreuses actions destinées à prévenir la production de déchets et à préserver la propreté des espaces publics.

Conception et développement

En amont de notre action de collecte des déchets-ressources, nous étudions et développons de nouvelles filières de collecte et de traitement en vue d’étendre les gisements de matières recyclées ou valorisées, le tout en maîtrisant les coûts imputés, in fine, à nos concitoyens.

Nous adaptons les filières existantes à l’évolution du contexte et des contraintes d’exploitation.

En matière de déchets, la prévention et le réemploi sont aussi des objectifs déployés auprès de l’ensemble de la population et en particulier des plus jeunes (écoles, camps de vacances,…). Notre objectif est double : limiter la production de déchets et lutter contre les incivilités environnementales, encore trop nombreuses.

Pour les concrétiser, nous réalisons plusieurs opérations de promotion du réemploi : collecte de jouets, de vélos, de livres ; ateliers de compostage, de fabrication de produits d’entretien ménager ; opérations « communes zéro déchet », campagne « Pure Province ».

 

Convaincre, encore et encore

Les bonnes pratiques de tri de la part de nos concitoyens requièrent de notre part un travail permanent d’information et de conviction. La pression sur l’environnement reste difficile à réduire. Une perception est encore trop répandue que le niveau des taxes prélevées, perçu comme élevé, autorise certains comportements inadéquats pour notre environnement.

Depuis 2001, nos actions s’inscrivent dans le cadre d’une certification ISO 14001 et d’un enregistrement EMAS. 2018 est la deuxième année du cycle en cours. Notre système de management environnemental (SME) a été vérifié conforme par l’audit externe annuel qui s’est déroulé en novembre. Suite à cet audit, la certification et l’enregistrement ont été maintenus. Ce maintien est une reconnaissance, par un organisme agréé indépendant, de nos bonnes pratiques et de nos performances environnementales.

Enfin, notre action est conditionnée par l’adhésion – volontaire – des communes au marché de collecte : le nombre – plus ou moins élevé – de communes adhérentes a un impact sur notre budget. De même, l’exigence de coût-vérité appliqué à un territoire rural caractérisé par une faible densité de population dispersée sur un territoire étendu impacte négativement le financement de collecte des déchets – une mission de service au public – dès lors qu’elle ne bénéficie pas d’une correction à l’échelon régional. Dans la mesure où ils reposent sur nos concitoyens, la maîtrise et la stabilité des coûts restent pour nous un objectif majeur.

Autres ODD impactés indirectement par ces activités

Votre avis nous intéresse, aidez-nous à améliorer nos futurs rapports d'activités. Contactez-nous